Texte du sujet: Enfance - Sujet 1 : "Questions enfantines"

Arsène ne comprit pas tout de suite pourquoi son compagnon était venu vers lui en courant, pourquoi il lui avait laissé, presqu’affolé, le petit garçon dont ils avaient la garde, leur fils, et pourquoi il était reparti aussi rapidement, regardant tout le temps derrière lui, vérifiant que ce même petit garçon ne le suivait pas.

 

 

« Il est dans sa phase questions, je te le laisse ! »

 

 

Puis, Arsène comprit. Doctorant en physique-chimie et en mathématiques, Arsène était capable de beaucoup de chose sur le plan scientifique, mais ce que venait de faire Arnaud, son compagnon, le dépassait entièrement. La « phase questions » était une mauvaise habitude qu’avait prise leur fils, Victor, ces derniers temps. Ce dernier entrait dans ce genre de phase et commençait à poser des questions sur tout et n’importe quoi, durant une bonne heure au minimum, et refusait de ne pas obtenir de réponse.

Le professeur regarda son fils en soupirant. S’il était capable de tout comprendre sur le plan scientifique, rien ne lui paraissait plus difficile que d’expliquer le monde à un enfant de cinq ans.

 

 

« Papa, pourquoi le vert est vert ? Pourquoi le rouge est rouge ? C’est qui qui choisit les couleurs ?! Moi je voudrais être tout bleu, est-ce que je peux ? »

 

 

Encore une fois, Arsène soupira. Les couleurs, c’était d’un niveau lycée, mais Victor n’avait pas le niveau d’un lycéen. En effet, Victor avait le niveau d’un enfant de maternelle et, si c’était normal, cela restait ennuyant. Il fallait employer des termes simples, même s’ils n’étaient pas totalement vrais. D’habitude, l’homme se débrouillait pour refourguer les questions à son compagnon, mais il fallait croire que c’était son tour, cette fois-ci, et qu’il ne pouvait rien y faire.

Arsène s’éclaircit la voix et commença.

 

 

« Alors, les couleurs hein… Tout d’abord, la couleur est blanche…

  • Toute blanche ? C’est pour ça que nous on est blancs ? Mais du coup pourquoi il y a des personnes marron ? »

 

 

Décidément, Arsène soupira une nouvelle fois ; il aurait vraiment fallu apprendre le silence à cet enfant !

 

 

« Victor, laisse-moi finir d’expliquer ! »

 

 

Le petit garçon hocha la tête, signe qu’il se tairait, mais le père savait qu’il ne tiendrait pas très longtemps et qu’il faudrait aller assez vite.

 

 

« On va parler de la couleur des objets, parce que ça ne fonctionne pas pareil pour les humains, d’accord ? »

 

 

Nouvel hochement de tête de la part de son fils ; tout va bien.

 

 

« La lumière est blanche, mais si tu comment on fait de la lumière blanche ? »

 

 

Victor secoua la tête pour indiquer qu’il ne savait pas avant d’avoir une idée, de se lever, de partir et de revenir deux minutes plus tard pour montrer à son papa un crayon de couleur blanc, inutilisé puisque jugé inutile par le petit garçon.

 

 

« Non, on ne fait pas de la lumière blanche avec un crayon, c’est plus compliqué que ça. Tu vois, la lumière blanche, c’est ce qu’on a quand on met toutes les couleurs ensemble ! »

 

 

Arsène espérait de tout cœur que son explication passait, mais Victor n’avait heureusement pas l’air de questionner la véracité de ses propos.

 

 

« En fait, chaque objet est un filtre. »

 

 

En voyant l’incompréhension dans le regard de son fils, l’homme comprit qu’il ne devait peut-être pas savoir ce qu’était réellement un filtre.

 

 

« Un filtre vole des couleurs pour n’en laisser passer que certaines. Prenons cet objet-là par exemple ! »

 

 

L’objet en question était un cube de construction rouge.

 

 

« Si l’objet est rouge, ça veut dire qu’il a volé toutes les autres couleurs. C’est un peu comme une compétition, tu comprends ? C’est le rouge qui a gagné donc ton lego est rouge ! Et c’est la même chose pour tous les autres objets. »

 

 

Victor sembla réfléchir.

 

 

« Mais, si le rouge tombe malade, alors il peut perdre et devenir jaune ? 

  • Non, ça ne se passe pas comme ça. Si tu as gagné, c’est pour toujours. »

 

 

Arsène pensait s’en être plutôt bien sorti. Ce n’était pas parfait et même un peu trop simple mais, pour quelqu’un qui ne s’était jamais prêté à l’exercice, ce n’était pas trop mal. Il ne fallait juste pas le dire à Arnaud ; ce dernier se ferait bien trop de plaisir de lui laisser s’en occuper à chaque fois.

 

 

« Mais du coup, ça fonctionne comment pour les humains ? Tu as dit que c’était pas pareil mais ça l’est non ? Juste que c’est le marron ou le blanc qui gagne ?

  • C’est ça ! »

 

 

Ce n’était pas ça, mais il était hors de question de faire un cours sur la mélanine et son fonctionnement à son fils.

Il y eut un silence et Arsène espéra secrètement et naïvement que cela signifiait, déjà, la fin des questions, mais ce fut une erreur.

 

 

« Papa, pourquoi les nuages ils vont jamais dans le même sens ? Hier ils allaient à droite et maintenant ils vont à gauche ! »

 

 

Le père soupira, c’était parti pour un second round, loin d’être le dernier, malheureusement.

Partager

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Commentaires réservés aux utilisateurs inscrits.