Texte du sujet: Sommeil, sujet 3 : "In Wonderland"

Je me souviens de ce rêve comme si c'était hier. Autant par sa bizarrerie que par le fait qu'il regorgeait d'éléments me tenant à cœur.

C'était il y a quelques mois mais j'ai encore le souvenir de quelques éléments.

 

J'étais dans un métro à Paris, mais ce dernier ressemblait pas du tout au métro de notre chère capitale que tout le monde connait. Il était déjà plus propre, mais plus futuriste. Son avant était celui d'un TGV, pareil pour ses couleurs et son allure. De plus, il passait dans des coins inconnus de ce qui semblait être Paris. Depuis quand le métro parisien était aussi propre, et les gens aussi aimables et civilisés ?

Je me souvenais que je devais retruver une amie, je ne sais plus où, mais je devais prendre une correspondance pour la rejoindre.

Depuis quand il existait une station en plein air à flant de montagne à Paris ? Certes il y avait le nom de la dite station sur ce panneau bleu et cette grosse écriture blanche, et ce même carrelage mural blanc. Mais ce métro-TGV m'avait déposé dans un endroit inconnu.

 

Sans savoir où j'allais, je me retrouvais dans une sorte de rue isolée. Le temps était gris, nuageux. Je ne savais pas du tout où j'étais. Je reconnaissais pas cet endroit. J'étais incapable de le situer sur une carte parisienne. La panique s'était emparée de moi.

Soudain, vision comme un miracle. Un visage connu. Enfin...un visage que je voyais qu'a travers des vidéos, des photos, et que j'avais eu le privilège de croiser dans la vraie vie à Paris par le plus grand des hasards. Rassurée par cette vision, je le salua :

 

- « Oooooh bonjour »

- « Bonjour »

- « Dites moi, où suis-je ? Je suis perdue. Où est la station de métro la plus proche ? »

 

De sa voix rassurante, il me donna des indications précises. J'en ai pas vraiment le souvenir, mais je peux vous affirmer qu'il a été adorable avec moi et que le son de sa voix avait oté toute panique en moi. Limite j'aurais voulu rester avec lui et arriver en retard à mon rendez vous. Sachant que j'ai horreur d'être en retard, dans ce rêve là ça m'aurais pas dérangé d'avoir une demi heure de retard. J'aurais mis ça sur le compte d'une rencontre inopinée.

 

Bref, je ne retrouva jamais mon amie. Pas que j'étais tombée nez à nez avec Depardieu et qu'il m'avait proposé des bières et une bonne vinasse. Ni sur Adjani qui m'avait proposé un cours de théatre. Ni sur un saumon géant sorti de la seine.

Tout simplement...mon réveil qui avait sonné et tiré de ce beau rêve.

Partager

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
PamelaChougne
Satané réveil ! :D

Commentaires réservés aux utilisateurs inscrits.