Texte du sujet: "Temps", sujet 2 : "Temps présent, instant fugace"

Les chiffres et moi, ça n'avait jamais marché. Quoi que...si on s'était bien entendus, jusqu'à mon arrivée au collège et dés lors qu'un sadique eut la brillante idée de les associer avec des lettres. Dés lors, ce fut le divorce. Moi qui pensait qu'à l'université j'en serais toujours débarrassée après ma Terminale Littéraire. Grossière erreur de ma part, il existait une matière pire que les maths. Les statistiques.

Bon sang qu'est ce que j'ai pu détester cette matière. Autant que les professeurs qui l'enseignaient.

Je fixais l'horloge murale pendant que le professeur lunetteux parlait de Khi2 d'ajustement, d'ANOVA et autres barbaries numériques qui relevaient plus de la torture pour moi. La trotteuse semblait aussi sadique que ceux qui avaient contribué à l'essor de cette matière, certes utile, mais qui me dépassait totalement. J'avais deux heures à supporter ce cours avant de finir ma journée et de traverser le cœur de ma ville pour prendre mon bus et savourer environ 20 min de paysage défilant avec un fond de Jarre.

Cette trotteuse me défiait. Elle controôait le cours, et semblait prendre un malin plaisir à avancer de son rythme le plus lent. La torture était lente...si lente...

J'écrivais machinalement ce qui était projeté sur le tableau histoire d'occuper ne serait-ce que deux minutes. J'écrivais sans comprendre. Et cette satanée horloge qui me fixait de son œil unique.

Tu prends ton pied à me voir souffrir durant ce cours n'est ce pas... C'est ton seul plaisir de la semaine... Je suis sure que tu attends le mardi après midi avec impatience pour me torturer lentement avec ta putain de trotteuse

Je maudissais cette horloge, ce professeur chiant, les statistiques, les gens qui avaient crée cette matière pour qu'on s'y casse bien la tête des années plus tard...

Déjà 15 minutes que le cours avait commencé...je pensais que ça faisait plus longtemps...

Bordel d'aiguilles...d'horloge...de trotteuse... Jamais un cours m'avait semblé aussi long...aussi chiant...aussi...horrible...

20 minutes...j'avais le coup de barre de la digestion... J'aurais du prendre une salade au lieu de cette assiette de frites et cette viande a kebab épicée qui me tordait les intestins...

25 minutes...j'avais envie de mourir...

30 minutes...faites qu'il fasse une pause s'il vous plait...

35 minutes...une pause s'il vous plait...

40 minutes...aller encore 15 minutes avant la pause...

45...50...14h55

 

- « Non on fait pas de pause, on est en retard »

 

14h56, putain mais vas mourir !!!!!!

Partager

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
A-Nacht
Vu comme le cours avait commencé, il y avait de fortes probabilités pour qu'il se continue ainsi (en même temps je dis ça, mais je n'ai jamais rien compris aux exponentielles) !
PamelaChougne
Hahaha ! ça sent tellement le vécu ! :)
Osiem_Syn
J'aime beaucoup à quel point les premières minutes sont longues et dans le texte et pour le personnage. A l'inverse, les minutes qui suivent semblent très rapides du point de vue du texte mais tellement longue pour le personnage !
Très bien amené et ça me fait penser à certains cours aussi

Yoxigen
ça m'a rappelé des souvenirs certains... J'aime bien l'accélération subite en toute fin, qui est très drôle en + de bien cadrer avec le sujet :D

Commentaires réservés aux utilisateurs inscrits.